Motifs de consultation

Liste général des motifs

Les pertes de mobilité articulaire, musculaire, ligamentaire, des viscères, des organes peuvent provoquer des troubles fonctionnels pouvant altérer l’état de santé de manière chronique.

Les principaux motifs de consultation sont :

  • les troubles de l’appareil locomoteur : lombalgie, sciatalgie, cruralgie, cervicalgie, entorse, tendinite, névralgie, etc.
  • les troubles digestifs fonctionnels : reflux gastro-oesophagien, constipation, colite, ballonnement, etc.
  • certains troubles génito-urinaires : douleurs et dysfonctionnement du cycle menstruel, cystite, incontinence urinaire, etc.
  • des troubles de la sphère ORL : rhinite, sinusite, otite, rhino-pharyngite, certaines allergies, etc.
  • certains symptômes comme les céphalées, les troubles du sommeil, les états de fatigue, etc.
  • pour les nourrissons : colique, régurgitation, plagiocéphalie, troubles du sommeil, etc.

 


L'ostéopathie pour qui et pour traiter quoi ?

 L’ostéopathie en prévention

 

En permettant au corps de maintenir ses capacités à s’autoréguler, l’ostéopathie aide le patient à préserver toutes ses facultés de lutte contre les maladies.

L’ostéopathe peut, en prévention, identifier certains points faibles chez son patient qui pourraient potentiellement être sources de blessures ou de douleurs à venir, voire de freins à la mobilité des tissus de la personne.

Des traumatismes physiques ou émotionnels peuvent avoir laissé des contraintes importantes dans les tissus des patients, sans que ces derniers en aient conscience car ils n’en souffrent pas ou plus. Ces traumatismes identifiés par l’ostéopathe seront considérés dans la prise en charge. Préventive, l’ostéopathie permet également au sportif une meilleure préparation physique et mentale. Ainsi, même sans aucun symptôme, il est important de consulter un ostéopathe au moins une fois par an.

 

 

L’ostéopathie et la grossesse


 


Lors de sa grossesse, la femme enceinte subit des modifications physiologiques (hormonales) et mécaniques (augmentation du volume de l’utérus entre autres) auxquelles l’organisme doit s’adapter.

 Ces transformations peuvent entraîner des troubles fonctionnels (douleurs) ou accentuer ceux déjà présents avant la grossesse comme par exemples des troubles mécaniques (douleurs lombaires, dorsales, sciatiques, douleurs du sacrum, du coccyx…), des troubles digestifs (nausées, difficultés à digérer, reflux gastro-oesophagiens, ballonnements, troubles du transit…), des troubles circulatoires (jambes lourdes, hémorroïdes, maux de tête).

L’ostéopathe peut intervenir et accompagner la future maman.

 

 

L’ostéopathie pédiatrique

 


L’ostéopathe peut traiter les enfants ainsi que les nourrissons*.

Des traitements ostéopathiques peuvent être, par exemple, indiqués dans les cas suivants : troubles digestifs (reflux, régurgitations, vomissements, constipation, coliques…), troubles du sommeil, difficultés de succion, torticolis, déformation du crâne, mauvaise position de pied, hanche, bras, canal lacrymal bouché, rhinites, otites à répétition.

 En effet, qu’il s’agisse de traumatismes suite à la naissance du bébé ou de troubles liés à l’apprentissage de la marche par l’enfant, l’ostéopathie peut être la bonne thérapie pour corriger les séquelles et dysfonctions.

* sur présentation, dans le strict respect des décrets, d’une attestation médicale de non contre-indication pour les nourrissons de moins de 6 mois.

 

 

 L’ostéopathie et le sport

 

Selon le sport pratiqué, différentes parties du corps sont souvent mises à rude épreuve: les hanches, genoux et chevilles au football, le cou, le dos et les épaules au surf ou au golf, les poignets au basket et l’ensemble du corps au rugby ! Les sports de raquettes présentent leurs propres problèmes liés à l’asymétrie. Les traumatismes du sport peuvent aller de la simple douleur musculaire à la déchirure, de l’entorse à la fracture.

 Selon l’importance du traumatisme, l’ostéopathie pourra agir directement, ou être une thérapie complémentaire au traitement médical, chirurgical ou kinésithérapique.

La majorité des traumatismes sportifs courants ne sont pas obligatoirement résolus avec le temps et le repos, malgré la disparition de la douleur.

Pour redonner une mobilité optimale, l’ostéopathe interroge son patient sur ses antécédents et fait un examen général même après une entorse de la cheville. Une meilleure mobilité des tissus du corps permettra de prévenir certains traumatismes d’effort et, par conséquent, d’augmenter les performances du sportif.

 

 

 L’ostéopathie et les seniors

 

Avec l’âge, les capacités de mobilité corporelle peuvent s’amenuiser entraînant des instabilités et par conséquence des chutes.

L’ostéopathie aide les personnes âgées à garder équilibre, tonicité et vitalité en agissant sur la mobilité du corps. Les limites de l’ostéopathie se situent en deçà des possibilités physiques restantes à la personne âgée (arthrose, ostéoporose…).

 L’ostéopathie, par des techniques adaptées et une approche spécifique, va aider le sénior à maintenir un état de santé lui permettant de conserver une autonomie. L’ostéopathie est aujourd’hui très présente, auprès des seniors, dans les équipes de soins pluridisciplinaires au sein des hôpitaux, des cliniques et des maisons de retraite.